LES CAROTTES ET LES POMMES

Carottes
Carottes

 

Les CAROTTES :

 

elles peuvent remplacer un des repas de grain et sont fortement conseiller. Elles ont l’avantage d’être consommé plus lentement qu’une ration de grain et ont une valeur nutritive en vitamine A, C et en potassium et malgré son goût sucré elle contient peu de glucides.

 

  •  La vitamine A :

 

est impliquée dans la croissance des os et la synthèse de pigments de l’œil, favorise la croissance des bronches, des intestins ou encore de la peau. Dans la synthèse de certaines hormones telle la progestérone (impliquée dans le cycle de la menstruation) et dans les mécanismes immunitaires.

 

  • La vitamine C :

 

est nécessaire à la synthèse des vaisseaux sanguins et des muscles. Elle favorise l'absorption du fer présent dans les aliments. Elle intervient dans plusieurs mécanismes hormonaux. Elle joue également un rôle dans l'élimination des substances toxiques. Enfin, elle a des propriétés antioxydantes, c'est-à-dire qu'elle limite les effets néfastes des radicaux libres. Les radicaux libres sont les ennemis numéro 1 de la récupération et de la jeunesse cellulaire et sont donc très présents chez les sportifs de haut niveau.

 

  • Le potassium :

 

utile pour Prévenir et réduire l'hypertension artérielle, les calculs rénaux et les accidents vasculaires cérébraux.

 

Comment distribuer les carottes ?

à titre d’exemple :                                                                                                                                                     pour

un cheval de 400 kg (environ 1m40 à 1m50, selon la corpulence du cheval)   

un seau entier peut être distribué/jr.

Bien entendu, là aussi la qualité et la quantité sont très importantes, il faut prendre en compte les réels besoins nutritifs du cheval.

Pommes
Pommes

 

Les POMMES :

 

il faut faire attention avec cet aliment, même s'il a un apport en vitamine C, il produit pendant la phase digestive, de l’azote et a donc une fermentation importante. Il est donc conseillé de limiter les accès à des pommiers éventuels dans les pâturages et de distribuer cet aliment que sous forme de gourmandises exceptionnelles et rationnés. Le cheval on le répète, est un animal très sensible au niveau digestif.